Sites de passage (2). Le modèle carnacois des pierres dressées à l’épreuve des steppes et des légendes - Université de Rennes Access content directly
Book Sections Year : 2016

Sites of passage (2). The Carnac model of standing stones to the test of steppes and legends

Sites de passage (2). Le modèle carnacois des pierres dressées à l’épreuve des steppes et des légendes

Abstract

Carnac, in the west of France, is an extraordinary archaeological site – several thousand stones raised in parallel lines on kilometres of development - among which nature and destination pose problem. A conceptual frame was proposed in 2009 which plays on several concepts (verticality, border, threshold, repetition) and several active or sensitive aects (heaviness, hard stone, fright). These descriptive and analytical groups were joint in such model, where the stele becomes the radical element. This essay would like to test this model in the contact of Eurasian archaeological sites (Armenia, Altaï), in hilly environments in contrast to the Carnac situation, and regarding societies at the same time more recent and mainly turned to a nomadic pastoral activity. A bridge will be established with stories and ethnographic analyses which allow to envisage a game of analogies from data relating to the space organisation of domestic and funeral structures of the current or sub-current societies of Siberia and Mongolia. A general hypothesis is proposed by which these stone rows linked to the funeral burial mounds could play in these last régions a similar role as for the sêrgê, the wooden stake to tie the real or celestial horses. One will try to assess the pertinence of the Carnac model in the light of this knowledge, notably by coming back on the question of cardinal directions
Carnac, dans l’ouest de la France, est un site archéologique extraordinaire – plusieurs milliers de pierres dressées en files juxtaposées, sur des kilomètres de développement - dont la nature et la destination posent problème. Un cadre théorique a été proposé en 2009 qui joue sur plusieurs concepts (la verticalité, la limite, le seuil, la répétition) et plusieurs aspects actifs ou sensibles (la pesanteur, la pierre dure, la peur). Le modèle conjoint ces ensembles descriptifs et analytiques où la stèle devient l’élément radical. Notre essai aimerait tester sa valeur prédictive au contact de sites archéologiques eurasiatiques (Arménie, Altaï), dans des environnements montagneux à l’opposé de la situation carnacoise, et à propos de sociétés à la fois plus récentes et principalement tournées vers une activité pastorale nomade. Un pont sera établi avec des récits et des analyses ethnographiques qui permettent d’envisager plusieurs analogies jouant sur certaines données relatives à l’organisation spatiale des structures domestiques et funéraires des sociétés actuelles ou sub-actuelles, de la Sibérie et de la Mongolie. Pour ces régions, une hypothèse générale est avancée par laquelle les monolithes rangés et associés aux tumulus funéraires pourraient jouer un rôle semblable à celui du sêrgê, le piquet d’attache en bois pour les chevaux réels ou célestes. On tentera d’évaluer en retour la pertinence du modèle carnacois à la lumière de ces acquis, notamment en revenant sur la question des orientations.
No file

Dates and versions

hal-02474548 , version 1 (11-02-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02474548 , version 1

Cite

Serge Cassen. Sites de passage (2). Le modèle carnacois des pierres dressées à l’épreuve des steppes et des légendes. Guillaume Robin, André D’Anna, Aurore Schmitt & Maxence Bailly. Fonctions, utilisations et représentations de l'espace dans les sépultures monumentales du Néolithique européen / Functions, uses and representations of space in the monumental graves of Neolithic Europe, Presses Universitaires de Provence, pp.343-362, 2016, Collection Préhistoires de la Méditerranée. ⟨hal-02474548⟩
31 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More