Étude Experimentale De L'Activité Maximum De Vol Journalière Du Criquet Pélerin (Schistocerca Gregaria Forsk) Élevé En Groupe Ou En Isolement - Université de Rennes Access content directly
Journal Articles Behaviour Year : 1970

Étude Experimentale De L'Activité Maximum De Vol Journalière Du Criquet Pélerin (Schistocerca Gregaria Forsk) Élevé En Groupe Ou En Isolement

Abstract

Nous avons étudié la durée maximum de vol que peuvent fournir sans aucun stimulus des Criquets Pélerins au cours d'une suspension à des manèges individuels, dans des enceintes isolées et obscures. Nous précisons les effets de la densité sur les performances de vol et les proportions de criquets capables d'effectuer des vols continus. Nous tenons compte de la génération d'isolement ou de groupement, de l'âge auquel le changement densitaire intervient (à l'éclosion ou après la mue imaginale) de la couleur larvaire et du sexe. Au cours des générations d'isolement, les criquets provenant de larves noires conservent davantage leurs possibilités de vol que leurs homologues provenant de larves vertes, surtout les femelles. Lorsque les criquets sont groupés à la mue imaginale, la durée maximum de vol s'accroit d'autant plus qu'elle est elle même importante si on garde le criquet isolé toute sa vie. Les individus groupés dès l'éclosion volent davantage que s'ils sont seulement groupés à la mue imaginale. Les individus provenant de larves vertes, sont plus sensibles au groupement larvaire que ceux issus de larves noires. Ceci a pour résultat de tendre à l'égalisation des possibilités de vol des criquets. Une seule génération d'isolement suffit à faire disparaitre toutes possibilités de migration active importante. Deux générations de groupement peuvent suffire à permettre à nouveau les performances effectuées par les criquets élevés en grande densité depuis de nombreuses générations. Les mâles sont plus sensibles aux variations densitaires que les femelles et dans l'ensemble, ils volent moins qu'elles., Nous avons étudié la durée maximum de vol que peuvent fournir sans aucun stimulus des Criquets Pélerins au cours d'une suspension à des manèges individuels, dans des enceintes isolées et obscures. Nous précisons les effets de la densité sur les performances de vol et les proportions de criquets capables d'effectuer des vols continus. Nous tenons compte de la génération d'isolement ou de groupement, de l'âge auquel le changement densitaire intervient (à l'éclosion ou après la mue imaginale) de la couleur larvaire et du sexe. Au cours des générations d'isolement, les criquets provenant de larves noires conservent davantage leurs possibilités de vol que leurs homologues provenant de larves vertes, surtout les femelles. Lorsque les criquets sont groupés à la mue imaginale, la durée maximum de vol s'accroit d'autant plus qu'elle est elle même importante si on garde le criquet isolé toute sa vie. Les individus groupés dès l'éclosion volent davantage que s'ils sont seulement groupés à la mue imaginale. Les individus provenant de larves vertes, sont plus sensibles au groupement larvaire que ceux issus de larves noires. Ceci a pour résultat de tendre à l'égalisation des possibilités de vol des criquets. Une seule génération d'isolement suffit à faire disparaitre toutes possibilités de migration active importante. Deux générations de groupement peuvent suffire à permettre à nouveau les performances effectuées par les criquets élevés en grande densité depuis de nombreuses générations. Les mâles sont plus sensibles aux variations densitaires que les femelles et dans l'ensemble, ils volent moins qu'elles.

Dates and versions

hal-01368379 , version 1 (19-09-2016)

Identifiers

Cite

Raoul Michel. Étude Experimentale De L'Activité Maximum De Vol Journalière Du Criquet Pélerin (Schistocerca Gregaria Forsk) Élevé En Groupe Ou En Isolement. Behaviour, 1970, 36 (4), pp.286-299. ⟨10.1163/156853970X00420⟩. ⟨hal-01368379⟩
50 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More