Traitement par témozolomide des tumeurs hypophysaires agressives et carcinomes hypophysaires : résultats à court et long terme à partir d’une cohorte française de 31 patients - Université de Rennes Access content directly
Conference Papers Year : 2015

Traitement par témozolomide des tumeurs hypophysaires agressives et carcinomes hypophysaires : résultats à court et long terme à partir d’une cohorte française de 31 patients

H. Lasolle
  • Function : Author
C. Cortet
  • Function : Author
L. Cloix
  • Function : Author
M. Batisse-Lignier
  • Function : Author
N. Bourcigaux
  • Function : Author
P. Chanson
  • Function : Author
B. Delemer
  • Function : Author
Christine Lebrun-Frenay
C. Garcia
  • Function : Author
Y. Reznik
  • Function : Author
F. Schillo
  • Function : Author
L. Taillandier
  • Function : Author
Rachel Desailloud
J. L. Sadoul
  • Function : Author
P. Caron
  • Function : Author
G Raverot
  • Function : Author

Abstract

Introduction Le traitement par témozolomide permet une réponse dans 40 à 50 % des tumeurs hypophysaires agressives ou carcinomes, les données à long terme restent rares. Objectif Étudier la réponse précoce (3–6 cycles) et le devenir des patients traités par témozolomide en France à partir d’une enquête rétrospective. Résultats Trente et un patients (F/M = 10/21) : 20 adénomes, 11 carcinomes, 16ACTH, 10PRL, 2GH, 2GH/PRL, 1 non fonctionnel ont bénéficié d’une médiane de 6 cycles (3–24), avec un suivi médian de 18 mois (0–72) après la fin du traitement. La tolérance était correcte (thrombopénie n = 4 ; pancytopénie n = 3). L’âge médian au diagnostic était 40,5 ans (13–76), le délai avant traitement de 6 ans (0–18). Tous les patients ont bénéficié d’une radiothérapie, 27/31 d’une exérèse chirurgicale (1–5). Le TMZ a été initié à la dose de 150–200 mg/j 5 jours par mois, associé à une radiothérapie dans 5 cas. La réponse initiale était bonne : 17/31 (54.8 %), avec des taux similaires entre ACTH (56 %), PRL (50 %), plus importants pour les adénomes (65 %) que les carcinomes (36 %). En fin de traitement, une réponse se poursuivait chez 12/17 après 7,5 (5–24) cycles, 3 patients (ACTH) étaient toujours en rémission après 24 mois (12–36). Tous les seconds essais de témozolomide ont été des échecs (n = 6). Il n’y avait pas de réponse après 5,5 (3–18) cycles chez les 14 non répondeurs avec un taux de décès de 8/14 cas résistants comparativement à 2/17 répondeurs. Conclusion La réponse initiale au témozolomide est satisfaisante mais le maintien du contrôle tumoral sur le long terme rare. La meilleure stratégie thérapeutique pour ces tumeurs hypophysaire reste à définir
No file

Dates and versions

hal-01198642 , version 1 (14-09-2015)

Identifiers

Cite

H. Lasolle, Frederic Castinetti, C. Cortet, L. Cloix, M. Batisse-Lignier, et al.. Traitement par témozolomide des tumeurs hypophysaires agressives et carcinomes hypophysaires : résultats à court et long terme à partir d’une cohorte française de 31 patients. 32e Congrès de la Société Française d'Endocrinologie, 2015, Angers, France. pp.309, ⟨10.1016/j.ando.2015.07.060⟩. ⟨hal-01198642⟩
63 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More