Une nouvelle archéo-séquence pour le Magdalénien en Corrèze. Focus sur le Magdalénien moyen ancien de la grotte Bouyssonie (Brive-la-Gaillarde, Corrèze, France) - Université de Rennes Access content directly
Journal Articles PALEO : Revue d'Archéologie Préhistorique Year : 2019

A new archaeological sequence for the Magdalenian in the Corrèze. Focus of the Early Middle Magdalenian at Bouyssonie Cave (Brive-la-Gaillarde, Corrèze, France)

Une nouvelle archéo-séquence pour le Magdalénien en Corrèze. Focus sur le Magdalénien moyen ancien de la grotte Bouyssonie (Brive-la-Gaillarde, Corrèze, France)

Abstract

Discovered in 2005 by T. Bismuth and diagnosed as part of a preventive operation by Inrap under the responsibility of L. Detrain in 2006, Bouyssonie Cave has been the object of planned excavations, coordinated since 2008 by D. Pesesse. This work has revealed a stratigraphic sequence from the Early Upper Palaeolithic to the Neolithic, which documents several cultural traditions, regarding which little had hitherto been known at a regional level. In particular, the work carried out at the entrance of the cave carved into the Triassic sandstone, has revealed several layers of remains, dated to between 20,500 and 9,000 cal BP. Succeeding the elements currently under study, which are attributable to the Middle and Late Gravettian and the Solutrean, a dense layer of lithic and carbon remains, currently excavated over just two square meters, has revealed an industry of bladelets with right-hand and marginal backs, dated to around 20,500 cal BP and most likely attributable to an early phase of Magdalenian. Separated from this assemblage by a stratigraphic interface, a second layer comprising many lithic and carbon remains, dated to around 19,000 cal BP, is characteristic of the early Middle Magdalenian. Most of the remains found at the entrance of the cave during the 2006 operation can be attributed to this same technocomplex. Above it, an assemblage more dilated in thickness, comprising a lower density of remains included mixed elements from the Late Glacial (Magdalenian s.l. and Azilian) and even the Post Glacial (Mesolithic).By integrating petroarchaeological and techno-typological analyses it has been possible to characterize the early Middle Magdalenian. A first use-wear analysis has allowed us to consider the taphonomy of the remains, to establish the intentions behind the lithic reduction and the methods used, and to document certain activities carried out according to the occupation of the site. The anthracological analysis, combined with the radiocarbon datings, has allowed us to question the homogeneity of the upper assemblage and to propose a first radiometric framework for this sequence. Repositioned in its geoarchaeological framework, this new Magdalenian archaeological sequence has permitted us to characterize two assemblages regarding which little had hitherto been known at a regional level.
Découvert en 2005 par T. Bismuth et diagnostiqué dans le cadre d’une opération préventive de l’Inrap, sous la responsabilité de L. Detrain en 2006, le site de la grotte Bouyssonie fait l’objet de fouilles programmées, coordonnées depuis 2008 par D. Pesesse. Ces travaux ont mis au jour une séquence stratigraphique du Paléolithique supérieur au Néolithique, qui documente plusieurs traditions culturelles dont certaines sont mal connues régionalement. En particulier, les travaux menés au-devant de la cavité, creusée dans les grès triasiques, ont livré une succession de nappes de vestiges datées entre 20 500 et 9 000 cal BP. Reposant sur des ensembles en cours d’étude attribuables au Gravettien (étude L. Klaric) et au Solutréen (étude C. Renard), deux nappes de vestiges culturellement homogènes sont séparées par un horizon de mélange interstratigraphique. La première nappe de vestiges, actuellement fouillée sur deux mètres carrés seulement, livre une industrie à lamelles à dos dextre marginal datée autour de 20 500 cal BP et vraisemblablement attribuable à une phase ancienne du Magdalénien. La seconde nappe de vestiges, datée autour de 19 000 cal BP, est caractéristique du « Magdalénien moyen ancien ». L’essentiel des vestiges mis au jour au-devant de la grotte lors de l’opération de 2006 peut être rattaché à cette seconde nappe. Pour terminer, un ensemble plus dilaté en épaisseur et moins dense en vestiges regroupe des éléments mélangés du Tardiglaciaire (Magdalénien s.l. et Azilien) voire du Postglaciaire (Mésolithique) et coiffe les deux ensembles magdaléniens préservés.Le croisement des analyses pétro-archéologiques et techno-typologiques permet de caractériser le Magdalénien moyen ancien. Un premier examen tracéologique offre la possibilité de s’interroger sur l’état de conservation des vestiges, de préciser les objectifs fonctionnels des débitages et de documenter certaines activités menées au gré des occupations. L’analyse anthracologique, croisée avec les datations radiocarbone, offre la possibilité de questionner l’homogénéité de l’ensemble supérieur et de proposer un premier cadre radiométrique à cette séquence. Replacée dans son contexte géologique, cette nouvelle archéo-séquence du Magdalénien permet de caractériser deux ensembles régionalement mal connus.
Fichier principal
Vignette du fichier
Langlaisetal_2019_Bouy.pdf (22.63 Mo) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-02971440 , version 1 (26-11-2020)

Identifiers

Cite

Mathieu Langlais, Vincent Delvigne, Jérémie Jacquier, Arnaud Lenoble, Cédric Beauval, et al.. Une nouvelle archéo-séquence pour le Magdalénien en Corrèze. Focus sur le Magdalénien moyen ancien de la grotte Bouyssonie (Brive-la-Gaillarde, Corrèze, France). PALEO : Revue d'Archéologie Préhistorique, 2019, 30 (1), pp.204-229. ⟨10.4000/paleo.4676⟩. ⟨hal-02971440⟩
164 View
109 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More