L’industrie osseuse solutréenne de la Grotte Rochefort (Saint-Pierre-sur-Erve, Mayenne, France) - Université de Rennes Access content directly
Journal Articles PALEO : Revue d'Archéologie Préhistorique Year : 2016

Solutrean bone industry from Rochefort Cave (Saint-Pierre-sur-Erve, Mayenne, France)

L’industrie osseuse solutréenne de la Grotte Rochefort (Saint-Pierre-sur-Erve, Mayenne, France)

Abstract

Recently discovered Solutrean sites has provided little data about bone working. Solutrean bone industry is mainly known through old archaeological collections from the first half of the XXth century or out of context and very incomplete. Resumed of ancient excavations, such as in the cave of Rochefort, far from bringing redundant information, opens new research perspectives. Beside projectile points, awls, « bâtons percés » and other typological objects known since a long time, are henceforth added tools which are identified by discreet features resulting from their manufacture and use. The identification of these « unshaped tools » is the consequence of methodological changes and first of all of the increasing of use-wear studies and of a more systematic use of the experimental approach. Thus, in the cave of Rochefort, implement devoted to lithic knapping complete the Solutrean tools kit while about fifty waste from reindeer antler working confirm blank production by splitting. These artefacts help to understand the specificity of Solutrean bone technology. They enlighten the activities done on the site and the peculiarities of a northern Solutrean still insufficiently documented. In the present state of research, they also illustrate the interest to excavate again sites which still have an informative potential.
Les gisements solutréens découverts ces dernières décennies n’ont livré que peu d’information sur les activités liées au travail des matières osseuses. Ainsi, l’industrie osseuse solutréenne est surtout connue au travers des collections archéologiques constituées durant la première moitié du XXe, soit au travers d’ensembles généralement décontextualisés et biaisés par la nature sélective des ramassages. La reprise de fouilles sur des gisements anciens, comme celui de la grotte Rochefort, loin d’apporter des informations redondantes, ouvre de nouvelles perspectives de recherche. Aux côtés des pointes de projectile, des poinçons, des bâtons percés et autres formes typologiques connues de longue date, s’ajoutent plus systématiquement des pièces dont la reconnaissance repose sur des caractères discrets liés à leur fabrication et à leur utilisation. L’identification de ces pièces dites « peu transformées » est la conséquence de changements méthodologiques et en premier lieu du développement des approches tracéologiques et du recours aux expérimentations. Ainsi, dans la grotte Rochefort, des outils dédiés à la taille des matières lithiques viennent compléter l’équipement solutréen, tandis qu’une cinquantaine de déchets de la transformation du bois de renne confirme l’existence de modalités de débitage par fracturation. Ces pièces constituent un nouveau point d’entrée pour appréhender les savoir-faire et les systèmes de production propres aux solutréens. Elles éclairent les activités pratiquées sur le site et les particularités d’un Solutréen septentrional encore peu documenté. Dans l’état actuel des recherches, elles illustrent également, s’il est besoin, l’intérêt d’engager des travaux sur des sites anciens au potentiel informatif encore parfois important.
Fichier principal
Vignette du fichier
paleo-3053.pdf (26.53 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-01940455 , version 1 (17-02-2021)

Licence

Attribution

Identifiers

Cite

Malvina Baumann, Stéphan Hinguant. L’industrie osseuse solutréenne de la Grotte Rochefort (Saint-Pierre-sur-Erve, Mayenne, France). PALEO : Revue d'Archéologie Préhistorique, 2016, 27, pp.43-63. ⟨10.4000/paleo.3053⟩. ⟨hal-01940455⟩
173 View
73 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More