Nouvelles données sur le paysage végétal de la moyenne vallée de l’Oise au subboréal : l’étude de la séquence organique de Thourotte (Oise, France) - Université de Rennes Access content directly
Journal Articles Quaternaire Year : 2017

Nouvelles données sur le paysage végétal de la moyenne vallée de l’Oise au subboréal : l’étude de la séquence organique de Thourotte (Oise, France)

Abstract

The INRAP rescue excavation campaign at Thourotte «La Motte» (60), associated to the lansdcape development of the «Seine-Nord Europe» channel, revealed new archaeological and palaeoenvironmental information on the poorly-explored area of the Middle Oise valley, upstream of Compiègne. Geophysical and morpho-sedimentary survey of a palaeochannel that scraped a mound led to the implementation of a multidisciplinary approach (archaeology, sedimentology, pollen and wood analyses, dendrochronology, zooarchaeology, radiocarbon dating). While sediment analyses unveiled the evolution of the alluvial plain since the last glaciation, the other studies mainly dealt with the channel organic matter filling. This filling dates back to the Early Subboreal, between c. 3600 and 2700 cal BC. The local environment seems to be mainly composed of alder forest around which oaks tend to grow. Organic sedimentation starts during a period of forest surface recovery leading to a densification of tree cover. Around 3000 cal BC, the riverside vegetation is cleared and crops are cultivated. The presence of ruderal species indicates the practice of arable and pastoral farming. These agro-pastoral activities might originate from Late Neolithic populations, which left some scarce remains on the mound and in the channel.
Liée à l’aménagement du canal « Seine-Nord Europe », la fouille préventive, menée par l’Inrap à Thourotte « La Motte » (60), a permis de renseigner d’un point de vue archéologique mais aussi paléoenvironnemental le secteur encore peu documenté de la moyenne vallée de l’Oise en amont de Compiègne. La reconnaissance géophysique et morphosédimentaire d’un paléochenal de l’Oise entaillant une montille a entrainé la mise en place d’une étude pluridisciplinaire : sédimentologie, archéologie, palynologie, xylologie, archéozoologie, dendrochronologie, radiocarbone. Si les études sédimentologiques ont permis d’avoir une vision de l’évolution de la plaine alluviale depuis la fin du dernier glaciaire, les autres approches ont surtout concerné le comblement organique du chenal. Celui-ci se déroule durant la première partie du Subboréal, entre environ 3600 et 2700 cal BC. L’environnement local apparait dominé par une aulnaie à la périphérie de laquelle se développe une chênaie. La sédimentation organique débute dans un contexte de reconquête forestière qui conduit à une densification de la couverture arborée. Vers 3000 cal BC, la ripisylve est défrichée et quelques parcelles sont cultivées. La nette rudéralisation des lieux indique leur fréquentation régulière, voire leur mise en pâture. Ces activités agro-pastorales sont probablement le fait de groupes humains de la fin du Néolithique récent / début du Néolithique final qui ont laissé quelques vestiges sur la montille et dans le chenal.

Dates and versions

hal-01713059 , version 1 (20-02-2018)

Identifiers

Cite

Chantal Leroyer, Gaël Barracand, Céline Coussot, Elise Werthe, Guillaume Hulin, et al.. Nouvelles données sur le paysage végétal de la moyenne vallée de l’Oise au subboréal : l’étude de la séquence organique de Thourotte (Oise, France). Quaternaire, 2017, 28 (4), pp.471-489. ⟨10.4000/quaternaire.8469⟩. ⟨hal-01713059⟩
239 View
1 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More